• English
  • Français

facebook.com  twitter.com

S'abonner à Syndiquer

Vous êtes ici

La Réduction des Risques à l'île Maurice

L’île Maurice a été le premier pays de toute la région Africaine à mettre sur pied des programmes de Réduction des Risques pour les personnes qui consomment des drogues. En 2006, après un fort plaidoyer de la société civile, le programme de substitution à la méthadone a été lancé par le Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. L’année 2006 a aussi vu le lancement du programme d’échange de seringues par la société civile.

Le programme d’échange de seringues a lieu sur une cinquantaine de différents sites, l’indicateur étant de 30 seringues par CDI par an distribué a travers le PES. Ce service est assure par le Ministère de la Sante et de la Qualité de la Vie, de même que CUT. Quant au programme d’induction à la Méthadone, il y avait 6000 personnes inscrites sur le programme à fin 2013, et 16 points de dispense, dont un à la prison de Beau-Bassin.

Bien que de nombreux pays peinent encore à introduire le programme d’induction à la méthadone au sein des prisons, l’île Maurice a réussi ce pari en 2012. Cependant, le programme d’échange de seringues ou celui de distribution de préservatifs demeurent un défi pour nos prisons.

Avec l’implémentation des projets de Réduction des Risques à l’île Maurice, le taux d’incidence au VIH a baissé de plus de 50% chez les consommateurs de drogues injectables, passant de 92% en 2005 à 38% en 2013.

 

Méthodes de Transmission du VIH

 

Les chiffres sont cependant toujours alarmants, car 52% des injecteurs de drogue sont aujourd’hui positifs au VIH selon le Global Aids Progress Report 2012 . De plus, la réalité qui est moins rapportée, c’est le taux d’hépatite C chez les personnes qui s’injectent des drogues à l’ile Maurice qui est de 96%. Si le traitement anti- VIH est disponible gratuitement dans le service de sante publique, tel n’est pas le cas pour le traitement anti-hépatite C, qui, rappelons-le, demeure une maladie potentiellement mortelle si elle n’est pas traitée.

Bien que le discours autour de la Réduction des Risques soit aujourd’hui largement dominé par le programme d’échange de seringues et le programme de Substitution à la méthadone, il y a aussi différentes stratégies de Réduction des Risques qui existent déjà, bien qu’elles soient surtout orientées vers, voire limitées aux drogues injectables.

Français