Conférences sur la réduction des risques à l’île Maurice

2009 : 1ère Conférence sur les Opiacés et la Réduction des Risques à l’île Maurice : « Faisons-face à la situation »

En tant qu’organisation de premier plan dans la réduction des risques, CUT a organisé la 1ère conférence sur les Opiacés et la Réduction des Risques en 2009 pour évaluer la situation des opiacés dans le pays, et pour avoir un aperçu des implications sanitaires, sociales et des celles entourant la question des politiques des drogues.

La Conférence qui a eu lieu dans le Centre de Conférence du Freeport Operations (Mauritius) Ltd, à Mer Rouge, du 20 au 22 Octobre, a vu la participation de nombreux acteurs sociaux impliqués dans les domaines du VIH/Sida, des drogues ou de la réduction des risques au niveau local. La conférence a également vu la participation de personnes clés de divers ministères, et d’autres représentants du gouvernement. Plus important encore, les bénéficiaires des programmes de Réduction des Risques (comme le Programme de substitution à la méthadone ou le programme d’échange de seringues) étaient aussi présents et ont activement participé aux débats au cours de ces trois jours. D’autres participants de différents pays, à savoir l’Australie, les Etats-Unis, la France et les Seychelles étaient également présent en tant que spécialistes de nombreux domaines en relation avec la Réduction des Risques. Aussi, dix délégués d’Afrique de l’Est, à savoir la Tanzanie et le Kenya, ont été invités à la Conférence dans le cadre d’un voyage d’étude. Cela leur a aussi permis de voir les différentes politiques et interventions spécifiques de la réduction des risques qui ont été implémentés à l’île Maurice afin d’acquérir une meilleur connaissance qui pourrait être éventuellement adaptée à leurs pays respectifs. Au total 150 délégués ont participé à cette conférence.

La conférence a vu des présentations relatives à la situation actuelle de l’usage de drogues au niveau international, régional et au niveau local, l’histoire des drogues et les lois relatives à l’utilisation des drogues à l’île Maurice, et les réponses mises en œuvre par les différents partenaires présents. Une attention particulière a été mise sur les femmes et les jeunes consommateurs de drogues injectables. Finalement, le thème des politiques futures sur les drogues, et les interventions nécessaires pour améliorer la réponse nationale a été abordé.

Après cette conférence, un rapport de Conférence, et un document de plaidoyer ont été publiés et disséminés aux délégués, aux décideurs politiques et aux médias.

The three days of the Conference was broken in specific themes to be addressed. The first day saw presentations pertaining to the actual situation of drug use at the international, regional and local level, the history and laws related to drug use in Mauritius, as well as presentation which sought to explain the addiction phenomenon as a whole. The second day was aimed at identifying the current response (or lack of) both in terms of supply and demand reduction. Particular emphasis was put on sessions regarding the response for Women and Young Injecting Drug Users and part of the response in terms of harm reduction. On the last day, harm reduction was again the main theme addressed and a set of presentations were conducted so as to discuss future policies and interventions needed to improve the national response, that is, the way forward.

Conférence 2011

2011 : 2ème Conférence sur la réduction des risques à l’île Maurice: vers une approche centrée sur le client

I

En Octobre 2009, la première conférence sur l’abus d’opiacés et les services de réduction des risques à l’île Maurice a réuni environ 150 participants, qui ont contribué à une conférence couronnée de succès qui a fait le bilan des risques associés à la consommation de drogues injectables à Maurice et les réponses de réduction des risques mises en œuvre. La deuxième conférence, qui s’est tenue du 20 au 22 Septembre 2011 faisait suite à la première et avait pour thème: «La Réduction des Risques : Vers une approche centrée sur le client »

Son principal objectif était d’amener les participants vers une discussion sur les moyens d’améliorer la qualité des services de réduction des risques offerts à Maurice afin de mieux répondre aux besoins des bénéficiaires. Au cœur de la réduction des risques est le respect des droits humains, y compris pour les personnes qui utilisent des drogues et un intérêt pour la santé publique. Ainsi, une politique globale de réduction des risques est celle qui devrait privilégier les droits et le bien-être du client, d’où le thème de cette conférence.

Au cours des trois jours de la conférence, différents partenaires locaux, régionaux et internationaux ont participé à une série de séances touchant à différents aspects de la réduction des risques. Alors que Maria Phelan de Harm Reduction International a noté le manque persistant de ressources financières disponibles pour la mise en œuvre de services de réduction des risques, Olivier Maguet de Médecins du Mondes a exposé la nécessité d’élargir les paramètres de réduction des risques au-delà de la focalisation étroite limitée au VIH. Il a parlé de la prévention des overdoses, la réforme des politiques des drogues, le besoin de minimiser les dommages sociaux et économiques liés à la consommation de drogues, ainsi que la santé mentale et l’engagement communautaire comme des aspects importants qui sont souvent négligés dans la mise en œuvre des stratégies de réduction des risques.

D’après les discussions de groupes menées avec les Personnes qui Utilisent des Drogues en amont de la conférence, il était évident que la relation entre les politiques sur les drogues et les politiques de réduction des risques est problématique. Ainsi, les conclusions du rapport de la Commission Mondiale pour la Politique des Drogues, qui soulignent l’échec de la guerre contre les drogues, ont été présentées. En outre, Greg Denham du Law Enforcement and Harm Reduction Network (LEAHRN) – devenu depuis LEAHN– a présenté les avantages d’inclure un volet de réduction des risques dans les responsabilités des agences de lutte contre la drogue.

Finalement, Jude Byrne du Réseau international de personnes qui utilisent des drogues (INPUD) a parlé de la nécessité de l’inclusion des pairs dans l’élaboration des politiques de Réduction des Risques, et la prestation des ces services. Sa participation a renforcé le thème principal de la conférence: vers une approche centrée sur le client.

La conclusion de cette conférence était donc qu’une approche holistique, en ligne avec les 9 interventions de l’ONUDC/OMS/ONUSIDA, est nécessaire à tous les niveaux, de la politique à la prestation de services pour la mise en œuvre d’une approche centrée sur le client des services de réduction des risques.

A l’issue de cette Conférence, un Rapport de Conférence, de même qu’un document de plaidoyer ont été publiés et disséminés.

Le Programme de la Conférence

Les Présentations

Les photos

La vidéo de la Conférence

 

Selon les discussions des groupes de discussion menées avec les PWUD avant la conférence, il était évident que la relation entre les politiques sur les drogues et les politiques de réduction des risques est problématique. Ainsi, les conclusions de la Commission mondiale sur les drogues, suggérant l’échec de la guerre contre la drogue, ont été présentées. En outre, Greg Denham du Réseau d’application de la loi et de réduction des méfaits (LEAHRN) – maintenant connu sous le nom de LEAHN a détaillé les avantages de l’inclusion d’une composante de réduction des risques dans le plan de travail des agences de lutte antidrogue.

Enfin et surtout, Jude Byrne du Réseau international des personnes qui utilisent des drogues (INPUD) a parlé de la nécessité d’une participation des pairs à l’élaboration des politiques et à la prestation de services liés aux programmes de réduction des risques. Sa participation a renforcé le thème principal de la conférence: une approche axée sur le client pour la réduction des méfaits. La conclusion claire de cette conférence était donc qu’une approche holistique, conforme aux 9 principes du document de travail conjoint ONUDC-OMS1 sur le traitement de la toxicomanie est nécessaire à tous les niveaux, de la politique à la prestation de services, pour la mise en œuvre d’un approche de la réduction des méfaits.

Les programmes de la conférence

The presentations

The photos

The video of the conference

1United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) and World Health Organisation (WHO) (2008); Principles of Drug Dependence Treatment – Discussion Paper, Available at: http://www.unodc.org/documents/drug-treatment/UNODC-WHO-Principles-of-Drug-Dependence-Treatment-March08.pdf